Panorama des hôtels parisiens (1/3) : Au centre, un concentré de pépites

En attendant une reprise incertaine, IDEAT brosse un portrait en creux de la capitale à travers 40 hôtels emblématiques. Nous les avons choisis jeunes (moins de cinq ans), indépendants (n’appartenant pas aux grands groupes internationaux) et souvent confiés à des talents de la décoration. Ils sont le reflet de la petite révolution qui s’est opérée depuis dix ans, amenant une nouvelle génération d’entrepreneurs futés à inscrire l’hôtel au cœur d’une vraie vie de quartier, redéfinissant les services et les usages. À l’heure où beaucoup se sont réinventés (coworking par-ci, in-room dining par-là), pourquoi ne pas prendre une chambre en ville ? Cela reste le meilleur moyen d’ouvrir une parenthèse et de s’évader…

1/ GRAND HÔTEL DU PALAIS-ROYAL (Ier)

Entre les coupoles du Conseil d’État et les frondaisons du jardin chères à Colette, la tour Eiffel a fière allure depuis la terrasse de la suite panoramique, décorée comme les 67 autres chambres et suites par Pierre-Yves Rochon. Le spa du cheveu Nathalie Tuil, le restaurant Le Lulli, qui a la faveur des fashionistas soignant leur ligne et, au printemps 2021, la mini-boutique de fleurs qui s’installera dans le lobby, sont de belles manières de se démarquer des autres 5-étoiles.
> 4, rue de Valois. Grandhoteldupalaisroyal.com

panorama-hotels-paris1-3_1-grand-hotel-du-palais-royal-ier-arr-_ideat


2/ COSTES (Ier)

« Un hôtel, trois maisons et de belles connexions. » Tel est le viatique d’une adresse qui sait encore se faire désirer. Vingt-cinq ans après avoir emballé dans les velours et drapés de Jacques Garcia le Tout-Paris qui pétille, Jean-Louis Costes entrouvre discrètement son nouvel opus, confié au regretté Christian Liaigre, architecte décédé depuis : de 45 à 300 m2, 38 suites, un loft, des volumes, des vues idylliques et ce chic français que le monde entier nous envie. En attendant la piscine et le spa à venir dans la troisième aile, baptisée Mont-Thabor, on file se montrer autour du patio qui reste le cœur du réacteur.
> 7, rue de Castiglione. Hotelcostes.com

panorama-hotels-paris1-3_2-costes-ier-arr-_ideat


3/ NOLINSKI (Ier)

Le premier 5-étoiles du groupe Evok s’est tout de suite fait un nom. Le travail de l’architecte d’intérieur Jean-Louis Deniot s’inscrit ici entre classicisme à la française et revue de détail contemporaine. Aux 45 chambres (dont neuf suites) s’ajoutent une piscine paysage et son spa, des soins La Colline et un restaurant récemment rénové en écrin Art déco par John Whelan. Les fins de semaine y ont d’ordinaire leurs lives musicaux et le chef Philip Chronopoulos (étoilé au restaurant du Palais-Royal voisin) excelle chaque dimanche dans le « Sunday Roast » à emporter.
> 16, avenue de l’Opéra. Nolinskiparis.com

panorama-hotels-paris1-3_3-nolinski-ier-arr-_ideat


4/ LOUVRE PIÉMONT (Ier)

Un petit air d’Italie au cœur de Paris et vingt chambres seulement à quelques pas du musée le plus visité au monde. En 2017, l’agence Desjeux-Delaye mixait ici, à l’instinct, les dernières tendances avec finesse mais sans esbroufe. Un petit lobby, une cheminée cosy, de jolis accrochages, des livres, du marbre, du noyer, du laiton, un fil 60’s déroulé jusque dans l’imprimé graphique Livio De Simone, comme un leitmotiv qui change de couleur d’étage en étage. Enfin, haut perché, l’horizon au cordeau sur le plus intime des jardins parisiens.
> 22, rue de Richelieu.

panorama-hotels-paris1-3_4-louvre-piemont-ier-arr-_ideat


5/ LE ROCH HÔTEL & SPA (Ier)

Cette bulle intimiste tout en teintes profondes, ce flair élégant éclairé sans tapage, on les doit à Sarah Lavoine qui signait là, en 2016, son premier hôtel. Au gré des 37 clés, le 5-étoiles de poche propose, dans ses étages supérieurs, cinq suites pourvues de salle de bains-hammam du plus bel effet. La piscine, tamisée aux chandelles, le spa et ses parfaits soins Codage, le restaurant et sa cuisine de saison, la cour-jardin aux beaux jours, le service de conciergerie clés d’or complètent ce hot-spot de quartier.
> 28, rue Saint-Roch. Leroch-hotel.com

panorama-hotels-paris1-3_5-le-roch-hotel-et-spa-ier-arr-_ideat


6/ MAISON ARMANCE (Ier)

Son abord très confidentiel surprend en premier lieu : il faut traverser une cour intérieure avant d’accéder au lobby situé au dernier étage et projeter le regard entre mer de zinc et ciel sans nuage. Les 14 chambres et 6 superbes suites de cet hôtel très particulier ont été décorées par l’agence Double G dans un style couture appuyé (hommage à mademoiselle Chanel), un confort sur mesure signé Esprit de France. Une atmosphère d’appartement parisien avec cheminée, moulures, parquets, sous-pentes et honesty bar, dans laquelle on se sent immédiatement chez soi.
> 5, rue Cambon. Paris-maison-armance.com

panorama-hotels-paris1-3_3-nolinski-ier-arr-_ideatpanorama-hotels-paris1-3_6-maison-armance-_ideat


7/ BACHAUMONT (IIer)

À l’écart de l’effervescente rue Montorgueil, on pousse la porte de cet hôtel 4 étoiles pour aller boire un verre au Night Flight ou au Bar Chaumont. Sous la verrière du restaurant, le brunch est une bonne option. Les 49 chambres (dont quatre suites), décorées par Dorothée Meilichzon, affichent un style sobre, des couleurs neutres, du mobilier choisi avec soin, le tout alliant confort et esprit contemporain.
>18, rue Bachaumont. Hotelbachaumont.com

panorama-hotels-paris1-3_7-bachaumont-2eme-arr-_ideat


8/ THE HOXTON (IIe)

D’Amsterdam à Brooklyn en passant par Downtown L.A. et London Shoreditch, Hoxton s’est forgé une belle collection de lieux, chaque fois plébiscités par les millenials branchés. En plein cœur du Sentier et de sa communauté de techies et de digital natives affairés, l’immeuble XVIIIe déploie 172 chambres (plutôt petites, mais bien conçues par Humbert&Poyet), un restaurant, le Rivié, et un bar au milieu d’un lobby amazing à rendre dingues les réseaux sociaux !
> 30-32, rue du Sentier. Thehoxton.com

panorama-hotels-paris1-3_8-the-hoxton-2eme-arr-_ideat


9/ HÔTEL GRANDS BOULEVARDS (IIe)

Ici, Dorothée Meilichzon a imaginé 50 chambres au charme romantico-pastoral, hommage à une Marie-Antoinette moderne : baldaquins, lins rustiques, détails champêtres. Les deux bars, The Shell et Le Shed (ce dernier perché sur les toits) sont devenus des points de ralliement du quartier. Quant au restaurant, sous sa verrière en cœur d’îlot, c’est le chef Sho Ashizawa qui mène le bal. En coulisses, le potager-terrasse au premier étage fournit le végétal propice à sa cuisine fusionnante.
> 17, boulevard Poissonnière. Grandsboulevardshotel.com

panorama-hotels-paris1-3_9-hotel-grand-boulevards-2eme-arr-_ideat


10/ HÔTEL SAINT-MARC (IIe)

La petite cour-jardin qui fait tout le charme, le tandem milanais DimoreStudio pour la déco flamboyante et post-moderne, la rue qui évoque Venise… On se croirait en Italie, dans un scénario où Gatsby ferait la courte échelle à Gio Ponti. Pourtant, c’est au pied de l’Opéra-Comique, théâtre à l’italienne bel et bien parisien, que le voyageur trouve ici son bonheur. En prime, le bassin Art déco nage à contre-courant et le bain turc se privatise à la demande, avec la chambre.
> 36, rue Saint-Marc. Hotelsaintmarc.com

panorama-hotels-paris1-3_10-hotel-saint-marc-2eme-arr-_ideat


11/ HÔTEL NATIONAL DES ARTS ET MÉTIERS (IIIe)

Dès son ouverture, l’hôtel en imposait par son esthétique magistrale. En totale rupture avec les codes hôteliers traditionnels, le designer Raphael Navot a largement contribué à cette aura en usant de techniques décoratives qui se réfèrent autant aux métiers d’art qu’à l’art brut : modénature de calcaire et granit, parquet « bois debout », forêt de cuivres oxydés, escalier sculpté dans le marbre, murs en terrazzo ou en béton banché. Ici, la table est italienne et le bar ressemble à l’antre d’un parfumeur. Aux beaux jours, le toit-terrasse affiche complet.
> 243, rue Saint-Martin. Hotelnational.paris

Ier, Panorama des hôtels parisiens (1/3) : Au centre, un concentré de pépites, IDEAT panorama-hotels-paris1-3_11-hotel-national-des-arts-et-metiers-3eme-arr-_ideat


12/ LES BAINS (IIIe)

Plexus de la nuit parisienne trente ans durant, les anciens Bain-Douches se sont un beau jour réveillés en boutique-hôtel. En souvenir du squat de la galeriste Magda Danysz avant les grands travaux, quelques œuvres d’art contemporain continuent de dialoguer avec les décors séduisants de Tristan Auer et de Denis Montel. Entre fantasme dandy et phalanstère, 39 chambres avec terrasse ou hammam perso profitent d’une salle à manger au morphing singulier, un salon chinois et, bien sûr, un club cultissime.
> 7, rue du Bourg-l’Abbé. Lesbains-paris.com

panorama-hotels-paris1-3_11-les-bains-3eme-arr-_ideat