News Books : 6 beaux livres qui retracent l’histoire du design d’après-guerre

IDEAT présente six ouvrages qui mettent à l'honneur le design d'après-guerre. Post 14-18 ou 39-45, les designers rebondisses créativement aux épreuve d'un temps. Quand sera-t-il du design post-covid ?

Fifties forever

Quoi ? Encore les sacro-saintes années 50 ? En réalité, ce livre est un prétexte pour parler du génie des designers et des éditeurs qui ont marqué l’immédiat après-guerre. L’auteur les a classés par thèmes : mobilier (Carlo Mollino, Pierre Paulin…), textile (Alexander Girard, Marimekko…), verre (Venini…), céramique (Kaj Franck, Lucie Rie…), luminaire (Gino Sarfatti, Poul Henningsen…), high-tech (Dieter Rams…), illustration (Saul Bass…). Un ouvrage où se succèdent aussi des mises en perspective éclairantes : « Comment restaurer une maison des années 50 ? » ; « Le design au temps de la Guerre froide »… Passionnant !
> Le Style années 50 – L’intégrale, de Dominic Bradbury, Éditions Parenthèses, 544 p., 49 €.

news-books_apres-guerre_les-style-annees-50_ideat


Confort moderne

Expositions, rééditions… En 2020, la France a redécouvert Pierre Guariche (1926-1995). Mais plus qu’un designer, cet homme de l’après-guerre fut surtout un architecte d’intérieur pour lequel « ce n’est pas la forme qui prime mais l’effet qu’elle induit dans l’espace qui l’accueille », comme l’expliquent les auteurs de sa monographie. L’ouvrage réunit luminaires, fauteuils et tout un travail de décoration méconnu : boîtes de nuit, bâtiments ministériels au Cameroun, maison à Bandol ou préfecture de l’Essonne. Moderne, élégant et décontracté… Bref, toute une époque !
> Pierre Guariche, de Delphine Jacob, Lionel Blaisse et Aurélien Jeauneau, Norma Éditions, 350 p., 65 €.

news-books_apres-guerre_pierre-guariche_ideat


Du Bauhaus aux USA

Le critique d’art Nicholas Fox Weber a bien connu Anni et Josef Albers. C’est donc à la fois leur intimité et leur travail qu’il nous présente dans cette somme visuelle sur l’histoire de ce couple d’artistes, depuis l’école du Bauhaus jusqu’au Connecticut, où ils finirent leur vie : « Elle voyait le monde visuel comme une source inépuisable de renouveau. » De fait, entre tissage, peinture, inspiration précolombienne et psychanalyse, c’est une œuvre colorée et exigeante construite à deux – Josef sur toile ou sur papier et Anni sur tissu – qui se révèle ici.
> Anni & Josef Albers – Égaux et inégaux, de Nicholas Fox Weber, Phaidon, 512 p., 120 €.

news-books_apres-guerre_annijosef-albers-50_ideat


Sweet sixties

Les éditions Taschen viennent de lancer une série d’ouvrages sur les arts décoratifs d’après-guerre, des rééditions de Decorative Art, The Studio Yearbook, que The Studio Magazine, fondé en 1893 en Grande-Bretagne, lança en 1906 sur les dernières tendances en matière d’architecture, de décoration intérieure, de mobilier, de luminaires, de verrerie, de textiles, d’orfèvrerie et de céramique. La réédition concernant les sixties offre une véritable immersion dans cette époque. On replonge dans les imprimés, les textures, les intérieurs de cette décennie fondatrice.
> Decorative Art 60’s, de Charlotte et Peter Fiell, Taschen, 576 p., 30 €.

news-books_apres-guerre_decorative-art-60_ideat


Un phare dans la nuit danoise

Champions du hygge, les Danois ont depuis les débuts de l’électricité produit les plus beaux luminaires. Une aventure unique que raconte cet ouvrage consacré à 100 lampes danoises iconiques : du lampadaire de rue, à Slotsholmen en 1921, de Poul Henningsen, le pape du luminaire, à l’AJ Lamp, de Jacobsen, ou à la Flowerpot de Verner Panton… une poignée de stars et quelques outsiders. Aux images d’archives succèdent les créations actuelles : la suspension Caravaggio, de Cecilie Manz, ou la Gople, de BIG, répondent aux enjeux et technologies actuels.
> Danish Lights – 1920 to Now, de Malene Lykten, Strandberg Publishing, en anglais, 272 p., 69 €.

news-books_danish-light_ideat


40 ans pour toujours

Alors que le mouvement Memphis célèbre son quarantième anniversaire en 2021, le catalogue de l’exposition que le musée des Arts décoratifs et du Design de Bordeaux lui a consacrée permet de s’y replonger. Un bel objet illustré, complet, qui reprend la chronologie du mouvement, présentant toutes les collections, année par année, avant de laisser la place aux interviews des fondateurs (Sottsass, De Lucchi, Bedin, Mendini…). En conclusion, un florilège d’images grand format reproduit les œuvres de ce mouvement aussi éphémère qu’influent.
> Memphis Plastic Field, de Constance Rubini, Norma Éditions/madd-Bordeaux, 216 p., 39 €.

news-books_apres-guerre_memphis_ideat