Sept bonnes raisons de découvrir le nouvel hôtel Seven

Pour fêter ses dix ans, l'hôtel Seven réinvente ses emblématiques suites. Alors qu'elles rendaient, jusque-là, hommage à des grandes figures des temps modernes, leur nouvelle mouture est placée sous le signe de la symbolique du chiffre sept.

Voilà un chiffre qui porte chance ! Non pas sept, mais dix ans après son ouverture, l’hôtel Seven donne un coup de jeune à ses sept suites. Exit James Bond et Marie-Antoinette, ces écrins XXL se parent désormais des couleurs d’une symbolique du chiffre sept. Le septième art, les sept chakras, le septième ciel… Quel choix ferez-vous ?


1. Pour l’amour du cinéma

La suite Septième Art de l’Hôtel Seven.
La suite Septième Art de l’Hôtel Seven. Nicolas Anetson

Ready, set, action! Le premier étage de l’Hôtel Seven s’ouvre sur la suite Septième Art. Les starlettes prendront la pose sous les projecteurs, braqués sur le lit. Ceux qui se sentent plus l’âme d’un Martin Scorsese qu’une Marilyn Monroe pourront prendre place le canapé tapissé façon fauteuil de cinéma pour passer la nuit à dévorer les meilleurs classiques dans l’espoir de trouver l’inspiration pour un premier long métrage… Sans surprise, cette suite s’habille de rouge et met le paquet sur les éclairages typés cinéma.


2. Se sentir l’âme d’un aventurier

La suite Septième Monde.
La suite Septième Monde. Nicolas Anetson

A l’étage supérieur, on troque les talons hauts pour des Pataugas tout-terrain. N’oubliez pas vos jumelles, de drôles de spécimen s’y baladent… Parce que la suite Septième Monde est une ode au voyage, imprimés animaliers et références aux voyages (malles, palmiers en bronze, baldaquins en lin épais…) font de cette chambre de 38 m2 l’espace le plus dépaysant de l’Hôtel Seven.


3. S’élever spirituellement

La suite Septième Chakra.
La suite Septième Chakra. Nicolas Anetson

En matière d’hospitalité spirituelle, Paris avait l’hôtel HoY. Désormais, il faudra aussi compter sur la suite Septième Chakra, un cocon de douceur dédié au bien-être. Habillée de rose poudré rehaussé de touches de rouge pop et d’une tête de lit en néon effet arc-en-ciel, cette suite troque le salon traditionnel pour un espace meublé de poufs confortables et d’un petit tabouret de yoga. Il fait bon d’y brancher l’enceinte Marshall et d’effectuer une petite méditation au son d’une musique réglée sur 432 hertz.


4. Tout oublier

La suite Septième Jour.
La suite Septième Jour. Nicolas Anetson

Tout en rondeurs et en teintes organiques, la suite Septième Jour fait fi de son environnement extérieur. Laissez tout, absolument tout, sur le pas de la porte et laissez-vous porter par ce royaume de douceur. Le blanc est omniprésent, réchauffé par une jolie collection de plantes et contrebalancé par un mur en tête-de-lit peint en dégradé pastel. Le tout repose l’œil et l’esprit, loin du tumulte de Paris.


5. Partir au pays des rêves

La suite Septième Ciel de l’Hôtel Seven.
La suite Septième Ciel de l’Hôtel Seven. Nicolas Anetson

Au cinquième étage de l’Hôtel Seven, la suite Septième Ciel est une invitation à l’élévation. On baigne dans une ambiance douce, la tête dans les nuages, dans ce cocon qui mise sur des teintes terracotta et un mobilier seventies aux courbes rondes et sensuelles. La symbolique des astres est partout, d’un nuage immortalisé aux abats-jour d’une lampe aérienne en passant par le mobile qui coiffe le lit.


6. Let’s rock’n’roll

La suite Septième Note.
La suite Septième Note. Nicolas Anetson

De David Bowie à Birkin, c’est un casting cinq étoiles qui semble avoir pris possession des lieux. D’une réminiscence néon de l’éclair d’Aladdin Sane au portrait naïf de Jane, placé juste au dessus d’un piano qui aurait pu être celui de Serge, les mélomanes n’auront pas fini de se raconter des histoires en chanson dans la suite Septième Note. Le colorama rappelle ici celui de la suite dédiée au cinéma, puissant et élégant, associé à de belles pièces vintage comme un Togo en cuir vieilli et une sacrée collection de vinyles à faire tourner (mais pas scratcher) sans modération.


7. Choisir la plus grande des suites de l’Hôtel Seven

La suite Septième Péché et son jacuzzi.
La suite Septième Péché et son jacuzzi. Nicolas Anetson

Direction le rez-de-chaussée pour le clou du spectacle : la suite Septième Péché. Cet appartement insolite de 50 m2 est une invitation à transgresser les règles. La chambre avoisine avec une terrasse verdoyante, laquelle offre un sacré mirage : un jacuzzi ! A l’intérieur, l’élégance est de mise, l’espace étant mis en scène par des photographies d’Helmut Newton qui convoquent l’univers glamour des seventies.

> Hôtel Seven. 20 rue Berthollet, 75005 Paris. Réservations.