En Autriche, le Vorarlberg prône l’architecture durable

Comment une petite région d’Autriche s’est-elle imposée comme un modèle de la construction durable à l’échelle mondiale ? Bien avant l’heure, le Vorarlberg s’est forgé une identité écologique autour de la culture du bien bâtir,
entre tradition et modernité. Parmi les six régions qui composent ce Land autrichien, celle du Bregenzerwald est un rêve éveillé pour les amateurs d’architecture, mais aussi pour les voyageurs en quête de nature grandiose.

Si le Vorarlberg est une région réputée auprès des amateurs comme des passionnés d’architecture, son nom demeure peu connu du grand public. Situé à l’extrême ouest de l’Autriche, au carrefour de la Suisse, du Liechtenstein et de l’Italie, il est le plus petit des neuf Länder autrichiens : 2 600 km², soit l’équivalent de l’île de la Réunion ; 84 km du nord au sud et 384 000 habitants pour ce territoire campé environ à mi-chemin entre Vienne et Paris. 

Vue de la place principale de Dornbirn, la ville la plus importante du Bregenzerwald.
Vue de la place principale de Dornbirn, la ville la plus importante du Bregenzerwald. Nicolas Krief

Pour comprendre comment le Vorarlberg est devenu un laboratoire mondial de l’architecture durable, il faut remonter aux années 80. Un groupe de jeunes architectes et charpentiers, mais aussi d’élus écologistes, appelé « Vorarlberger Baukünstler » (les artistes bâtisseurs du Vorarlberg), entre en réaction contre l’homologue autrichien de l’ordre des architectes, jugé trop conservateur. Ce schisme fondateur ouvre la voie à d’autres façons de penser le développement du territoire alors que la région, comme le reste de l’Europe, est en plein essor économique consécutif à l’après-guerre. 

Ressource locale présente en abondance dans la région, le bois est logiquement utilisé massivement dans la construction, même si les architectes ne s’interdisent pas d’employer, avec parcimonie, d’autres matériaux comme le béton. L’industrie forestière a permis au Vorarlberg de devenir un laboratoire de l’architecture durable à l’échelle mondiale.
Ressource locale présente en abondance dans la région, le bois est logiquement utilisé massivement dans la construction, même si les architectes ne s’interdisent pas d’employer, avec parcimonie, d’autres matériaux comme le béton. L’industrie forestière a permis au Vorarlberg de devenir un laboratoire de l’architecture durable à l’échelle mondiale. Nicolas Krief

Dans cette aventure humaine, militants et autodidactes vont jouer un rôle actif dans la transformation de leur Land, conscients avant l’heure des effets délétères qu’une urbanisation incontrôlée pourrait engendrer. Il s’agit notamment pour eux de préserver un patrimoine rural d’une immense qualité qui ne saurait être sacrifié sur l’autel de la croissance. La question se pose alors, face à cette richesse patrimoniale, d’une continuité qui ne verserait pas dans le pastiche ni le folklore. Ou comment parvenir à perpétuer un état d’esprit dans les villes qui se développent… Sans imiter l’architecture traditionnelle, cette école du Vorarlberg va progressivement imposer sa patte, mais surtout inventer bien avant l’heure un modèle durable en Europe.

La cohabitation entre tradition et modernité est la signature architecturale de la région. À droite, exemple d’une façade typique de l’architecture locale, caractérisée par la mise en œuvre soigneuse de tavaillons de bois.
La cohabitation entre tradition et modernité est la signature architecturale de la région. À droite, exemple d’une façade typique de l’architecture locale, caractérisée par la mise en œuvre soigneuse de tavaillons de bois. Nicolas Krief

Ainsi, le Land n’a pas attendu que les canons écologiques, encore utopiques en France à cette époque, commencent à dominer pour s’intéresser à l’impact environnemental de l’acte de construire. Les amateurs de style spectaculaire et décontextualisé seront déçus. Ici, ce n’est pas tant l’esthétique que le programme qui compte, avant tout pensé pour abriter des fonctions de façon rationnelle. L’histoire de ce territoire s’adosse à l’industrie du bois, ressource et secteur économique localement très importants, essentiels à l’artisanat, en synergie avec l’architecture. Celui-ci reste le matériau privilégié même si les architectes contemporains n’hésitent pas à recourir à une palette plus large. À partir de 2003, une exposition itinérante intitulée « Une provocation constructive – Architecture contemporaine au Vorarlberg » va contribuer à faire connaître ces bonnes pratiques en Europe, devenues au fil du temps un modèle salué et envié.

Vue depuis l’arrivée du Seilbahn Bezau, une télécabine qui mène au sommet du Sonderdach, ouvrant sur un panorama spectaculaire. Pour les plus curieux, un sentier conduit à la Theodul Chapel (le toit brillant, au fond), un petit bijou.
Vue depuis l’arrivée du Seilbahn Bezau, une télécabine qui mène au sommet du Sonderdach, ouvrant sur un panorama spectaculaire. Pour les plus curieux, un sentier conduit à la Theodul Chapel (le toit brillant, au fond), un petit bijou. Nicolas Krief

Le Vorarlberg est lui-même composé de six régions, parmi lesquelles le Bregenzerwald : 23 villages et 32 000 habitants pour un territoire qui fait face à un enneigement extrêmement abondant durant l’hiver. À proximité du lac de Constance, l’architecture, sans ostentation aucune, y est reine. Mais comme dans le reste du Vorarlberg, la puissance de la nature est la première chose qui happe le voyageur. Qu’on s’y rende en hiver ou en été, elle n’est pas une option. Elle s’impose, flamboyante et magnifique, avec des paysages dignes des plus belles cartes postales. Ciel bleu, étendues vertes à perte de vue, sommets enneigés et pureté de l’air façonnent une toile de fond omniprésente qui crée un émerveillement de chaque instant. 

Identité régionale et culture contemporaine

À Au, l’hôtel Krone est installé dans un bâtiment qui fait, lui aussi, la part belle au bois. Au dernier étage se trouve un espace bien-être avec un sauna donnant sur le paysage.
À Au, l’hôtel Krone est installé dans un bâtiment qui fait, lui aussi, la part belle au bois. Au dernier étage se trouve un espace bien-être avec un sauna donnant sur le paysage. Nicolas Krief

Peu urbanisé, le Bregenzerwald est très marqué par l’agriculture. L’exploitation des alpages en trois étapes (dans la vallée, à mi-hauteur – Vorsäß – et en altitude) figure sur la Liste du patrimoine immatériel de l’Unesco. L’organisation internationale a également sélectionné les artisans de la région, réunis sous la bannière de l’assocation et coopérative du Werkraum Bregenzerwald, au registre des bonnes pratiques de sauvegarde de ce même patrimoine immatériel.

À Andelsbuch se trouve la vitrine de ces savoir-faire uniques et précieux. Signé du maître suisse Peter Zumthor, la Werkraumhaus (maison de l’Artisanat) a ouvert en 2013. Son but premier est moins de célébrer les talents locaux que de les perpétuer en encourageant notamment les vocations des plus jeunes. Un phénomène essentiel pour assurer la pérennité de l’histoire du territoire.

Verdoyants, ces paysages se métamorphosent durant l’hiver. Soumise à un enneigement important, la région est idéale pour s’adonner aux joies des sports de glisse. En 2016, Bernardo Bader a dessiné la magnifique petite chapelle Salgenreute au milieu des montagnes. Propice au recueillement, elle exprime l’évidente simplicité de l’architecture locale.
Verdoyants, ces paysages se métamorphosent durant l’hiver. Soumise à un enneigement important, la région est idéale pour s’adonner aux joies des sports de glisse. En 2016, Bernardo Bader a dessiné la magnifique petite chapelle Salgenreute au milieu des montagnes. Propice au recueillement, elle exprime l’évidente simplicité de l’architecture locale. Nicolas Krief

L’architecture du Bregenzerwald se distingue par un mariage réussi entre tradition et modernité. Présent en abondance, le bois est le point de départ de toute cette histoire. Poussant toujours plus loin les techniques qu’ils n’ont de cesse d’améliorer, les artisans ont acquis un savoir-faire sans pareil et une connaissance très pointue de ce matériau vivant, qui évolue, et varie sous l’action du soleil et de la pluie. Le couper sous le signe zodiacal le plus propice n’est ici pas une lubie ! 

Conjuguant affirmation d’une identité régionale et écriture contemporaine, l’architecture y permet ainsi de naviguer entre les époques, entre le quotidien et l’exceptionnel. De nombreux bâtiments ont été distingués par des prix. Les plus grandes signatures y ont laissé leur empreinte tandis que les agences locales façonnent la qualité de cette architecture du quotidien. Il est bien rare de croiser un édifice de mauvaise facture. Au-delà des réalisations la plupart du temps impeccables, l’efficience énergétique et la durabilité sont également au programme tout comme le recours aux énergies renouvelables, utilisées dans des proportions bien supérieures à la moyenne.

Omniprésente et puissante, la nature s’exprime à travers des paysages grandioses à chaque détour.
Omniprésente et puissante, la nature s’exprime à travers des paysages grandioses à chaque détour. Nicolas Krief

Dans le Bregenzerwald, le sentiment d’appartenance est assez marqué. Si les jeunes n’ont d’autre choix que de s’exiler le temps de leurs études, nombreux sont ceux qui reviennent ensuite à la source. En privilégiant une vie orientée vers la nature et une conscience environnementale forte, le territoire fait écho aux aspirations actuelles. La région n’a pas attendu la pandémie mondiale pour se recentrer sur une consommation locale. L’agriculture biologique et responsable y est la norme depuis longtemps – le ratio est de 2 hectares pour trois vaches ; l’eau des rivières est absolument potable…

À Dornbirn, le Special Education Centre (au second plan) a été conçu par Marte.Marte, agence emblématique de la production architecturale du Vorarlberg. Derrière cette enveloppe robuste en béton, tous les aménagements intérieurs sont en bois.
À Dornbirn, le Special Education Centre (au second plan) a été conçu par Marte.Marte, agence emblématique de la production architecturale du Vorarlberg. Derrière cette enveloppe robuste en béton, tous les aménagements intérieurs sont en bois. Nicolas Krief

Le village d’Au se chauffe ainsi grâce à la biomasse, ce qui lui permet d’économiser 550 000 litres de fuel par an. Son maire est par ailleurs à l’origine du Barockbaumeister Museum, qui donne accès à la découverte du patrimoine baroque des maîtres bâtisseurs du Bregenzerwald aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ce mariage heureux entre l’ancien et le moderne va jusqu’à s’exprimer dans la gastronomie. De nombreux chefs revisitent des produits séculaires et des recettes traditionnelles. En matière d’hôtellerie, l’offre est tout aussi pénétrée de cette dualité, qui s’est imposée comme la marque de fabrique locale. 

L’architecture, une porte d’entrée 

Toujours à Dornbin, la bibliothèque municipale, la Stadtbibliothek, de l’agence Dietrich Untertrifaller, a été réalisée en 2019, illustrant l’audace des architectes locaux à oser les courbes dans un environnement dominé par la ligne droite.
Toujours à Dornbin, la bibliothèque municipale, la Stadtbibliothek, de l’agence Dietrich Untertrifaller, a été réalisée en 2019, illustrant l’audace des architectes locaux à oser les courbes dans un environnement dominé par la ligne droite. Nicolas Krief

Dans le Vorarlberg en général comme dans le Bregenzerwald en particulier, l’architecture pave le chemin pour découvrir ce magnifique territoire. Tout à son souci d’attirer les visiteurs, la région propose ainsi pléthore d’outils, des guides notamment, particulièrement bien pensés pour faciliter l’exploration de lieux dispersés. Capitale économique du Land, Dornbirn est la ville la plus importante du Bregenzerwald. Elle concentre à elle seule un certain nombre de bâtiments emblématiques de l’école du Vorarlberg, comme la Stadtbibliothek, de l’agence Dietrich Untertrifaller (2019), ou le Special Education Centre de Marte.Marte Architekten (2011). S’y trouve également le Vorarlberger Architektur Institut, plus connu sous le nom de VAI, qui fête ses 25 ans cette année.

À l’intérieur du restaurant de l’hôtel Ernele.
À l’intérieur du restaurant de l’hôtel Ernele. Nicolas Krief

L’établissement a joué un rôle décisif dans le développement régional. Plus loin, de multiples opportunités offrent des angles inattendus. À une vingtaine de kilomètres à l’est, le téléphérique du Seilbahn Bezau gravit le Sonderdach jusqu’à la station de Baumgarten. Le panorama y est tout simplement incroyable, laissant filer la vue jusqu’au lac de Constance. L’occasion de visiter la Theodul Chapel, nichée au sommet et réalisée en 2008 par Andreas Cukrowicz et Anton Nachbaur-Sturm. Un peu plus au nord, le parcours Bus:Stop Krum­bach propose depuis 2014 de découvrir sept arrêts de bus et autant de signatures prestigieuses qui ont repensé cette figure du quotidien. 

À Au, le nouveau musée des maîtres bâtisseurs du baroque, le Barockbaumeister Museum, rend hommage aux savoir-faire du Bregenzerwald et tisse un lien avec la création contemporaine.
À Au, le nouveau musée des maîtres bâtisseurs du baroque, le Barockbaumeister Museum, rend hommage aux savoir-faire du Bregenzerwald et tisse un lien avec la création contemporaine. Nicolas Krief

À l’invitation de l’association Kultur Krumbach, ce sont en effet Ensamble Studio (Espagne) et les agences De Vylder Vinck Taillieu (Belgique), Rintala Eggertsson Architects (Norvège), d’Alexander Brodsky (Russie), de Smiljan Radic (Chili), de Sou Fujimoto (Japon) et de Wang Shu (Chine) qui ont imaginé ces micro-constructions. Chacun d’eux a travaillé avec un partenaire local pour mener à bien le projet. À Krumbach se trouve également la chapelle Salgenreute (2016), réalisée en pierre et en bois par Bernardo Bader, architecte emblématique de la région.

À une dizaine de kilomètres de là, Sibratsgfäll est le point de départ d’une randonnée saisissante. Le Georunde Rindberg est un parcours circulaire jalonné de treize installations qui racontent le glissement de terrain qui s’est joué à cet endroit-là en mai 1999. L’événement a laissé de profondes cicatrices, à la fois sur le paysage mais aussi dans le village. L’itinéraire propose une expérience sensorielle, artistique et architecturale pour ressentir physiquement le dénivelé.

Un détour jusqu’à Bregenz

L’arrêt de bus conçu par Architecten De Vylder Vinck Taillieu dans le cadre du projet Bus:Stop Krumbach, réalisé en 2014. Sept architectes internationaux se sont alors vu confier la réalisation d’une micro-architecture alliant fonctionnalité – s’abriter tout en guettant l’arrivée du bus – et esthétique.
L’arrêt de bus conçu par Architecten De Vylder Vinck Taillieu dans le cadre du projet Bus:Stop Krumbach, réalisé en 2014. Sept architectes internationaux se sont alors vu confier la réalisation d’une micro-architecture alliant fonctionnalité – s’abriter tout en guettant l’arrivée du bus – et esthétique. Nicolas Krief

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser supposer, Bregenz, capitale administrative du Vorarlberg, ne fait pas partie du Bregenzerwald, mais du Bodensee-Vorarlberg. Néanmoins, il serait dommage de passer à côté de cette jolie ville de 30 000 habitants, postée au bord du lac de Constance. En 1997, Peter Zumthor y élève l’un de ses chefs-d’œuvre, le Kunsthaus Bregenz (KUB), adossé à une programmation artistique exigeante. Une écriture minimaliste caractérise l’architecture du musée, qui prend la forme d’un cube de verre offrant de découvrir par transparence la structure en béton de l’édifice. Radical et sans compromis, celui-ci reflète la lumière du lac, absorbe les couleurs changeantes du ciel jusqu’à parfois se fondre dans cinquante nuances de gris.

Capitale du Vorarlberg, Bregenz se déploie autour du superbe lac de Constance, à l’extrême ouest de l’Autriche.
Capitale du Vorarlberg, Bregenz se déploie autour du superbe lac de Constance, à l’extrême ouest de l’Autriche. Nicolas Krief

Juste à côté, le Vorarlberg Museum, conçu par les locaux Cukrowicz Nachbaur Architekten en 2007, raconte l’histoire de la région et renferme une salle cachée dévoilant une incroyable vue panoramique surplombant le lac de Constance. Autre bonne raison de visiter Bregenz, le Bregenzer Festspiele, qui se tient chaque été, réputé pour ses scénographies spectaculaires. Une scène éphémère spécifiquement pensée pour ce festival de musique lyrique est installée sur le port de Hafen Bregenz. Elle a pris lors de la dernière édition la forme d’une feuille de papier géante déposée sur les flots, un dispositif reconduit en 2023. Madame Butterfly, l’opéra de Puccini, qui occupe ce décor, résonnera donc de nouveau sur l’étendue d’eau, prétexte idéal pour explorer la ville, se baigner dans le lac, avant de s’échapper dans les montagnes du Bregenzerwald, et d’en découvrir petits et grands bijoux d’architecture.

Au bord du lac de Constance, Peter Zumthor signe l’un de ses chefs-d’œuvre, le Kunst­haus Bregenz, musée d’art contemporain qui s’appuie sur une programmation exigeante. À droite, l’arrêt de bus conçu par Sou Fujimoto.
Au bord du lac de Constance, Peter Zumthor signe l’un de ses chefs-d’œuvre, le Kunst­haus Bregenz, musée d’art contemporain qui s’appuie sur une programmation exigeante. À droite, l’arrêt de bus conçu par Sou Fujimoto. Nicolas Krief

Le Bregenzerwald pratique

Y Aller

  • Le TGV Lyria propose 6 allers-retours quotidiens entre Paris et Zurich à partir de 39 € en tarif standard et 229 € en Business 1re (avec restauration chaude servie à la place – menu élaboré par le chef français Michel Roth). Durée du trajet : 4 h 04. 

> Tgv-lyria.com

  • Depuis la gare de Zurich, la location de voiture est une option facile pour sillonner le Bregenzerwald en toute liberté. Compter 1 h 40 de Zurich à Bregenz. Mais la région dispose également d’un réseau de bus publics efficace.

> Fahrplan.vmobil.at

Hôtels

  • Krone in Au : Idéalement situé à Au, l’hôtel Krone est une adresse centrale pour sillonner le Bregenzerwald. À partir de 140 € la nuit par personne en chambre double, en demi-pension.

> Jaghausen 4A, 6883 Au. Krone-au.at 

  • Romantik Hotel Das Schiff : À Hittisau, cet hôtel dispose de très belles chambres contemporaines avec vue sur la montagne. À partir de 150 € la nuit par personne en chambre double, en demi-pension.

> Heideggen 311, 6952 Hittisau. Schiff-hittisau.com

Restaurants

  • Hotel Gasthof Hirschen :Une adresse familiale historique à la décoration parfaite, dotée d’un très joli jardin. Son restaurant propose une carte bistrot de midi à 17 h et une carte gastronomique le soir.

> Franz Fetz GmbH, Hof 14, 6867 Schwarzenberg. Hotel-hirschen-bregenzerwald.at/en

  • Ernele : Du local, rien que du local ! Ernele, le restaurant de l’hôtel Das Schiff, propose une cuisine conçue par le chef Felix Gross, à base de produits disponibles à moins de 100 km à la ronde. 

> Heideggen 311, 6952 Hittisau. Schiff-hittisau.com/de/ernele 

  • Hotel Tannahof :Au pied des montagnes, un hôtel-restaurant tenu par un couple franco-autrichien dans une ambiance cosy. Le chef Guy Jourdain propose une cuisine locale invitant à la savourer en pleine conscience.

> Argenstein 331, 6883 Au. Tannahof.at/fr

À faire 

  • Barockbaumeister Museum : Un musée pour découvrir le patrimoine baroque des maîtres bâtisseurs du Bregenzerwald aux XVIIe et XVIIIe siècles.

> Rehmen 39, 6883 Au. Barockbaumeister.at 

  • Vorarlberger Architektur Institut :Des expositions sont régulièrement présentées au VAI, l’institut d’architecture du Vorarlberg.

> Marktstraße 33, 6850 Dornbirn.V-a-i.at

À voir

  • Seilbahn Bezau : Dépaysement garanti avec vue à 360° sur l’Allemagne, la Suisse, le Liechtenstein et le lac de Constance. Au sommet du téléphérique, départ de randonnées, hot spot de parapente et possibilité de se restaurer. 

> Obere 394, 6870 Bezau. Seilbahn-bezau.at 

  • Georunde Rindberg : Un sentier de randonnée jalonné par treize étapes et autant d’installations artistiques et architecturales pour appréhender le paysage autrement.

> Bregenzerwald.at/en/activity/sibratsgfaell-georunde-rindberg-3/ 

  • Bus:Stop Krumbach :Sept arrêts de bus signés d’architectes talentueux sont à découvrir autour de Krumbach. L’occasion de croiser sur le chemin la chapelle Salgenreute, ouverte en 2016 et conçue par Bernardo Bader.

> Salgenreute Chapel, Salgenreute 116, 6942 Krumbach. Bregenzerwald.at/en/activity/busstop-krumbach

  • Werkraum Bregenzerwald : Signée Peter Zumthor, la Werkraumhaus est un très beau bâtiment qui célèbre le savoir-faire des artisans du Bregenzerwald. Un centre de ressources et d’exposition qui vaut le détour par Andelsbuch.

> Hof 800, 6866 Andelsbuch. Werkraum.at/en 

  • Kunsthaus Bregenz : Ce musée, aussi l’œuvre du maître suisse, est incontournable à Bregenz : un bâtiment sublime au bord du lac de Constance.

> Karl-Tizian-Platz, Postfach 45, 6900 Bregenz. Kunsthaus-bregenz.at