VIDEO : Architectures infinies au pavillon français de la Biennale de Venise

La 16e Biennale d’architecture de Venise bat son plein depuis deux mois mais va continuer d’attirer passionnés, professionnels ou amateurs jusqu’à l’automne prochain. L’occasion de faire un zoom sur le pavillon français, investit cette année par l’agence parisienne Encore Heureux. Loin des considérations “m’as-tu vu” des starchitects qui dominent la discipline, Nicola Delon, Julien Choppin et Sébastien Eymard ont choisi de mettre à l’honneur dix lieux qui brillent davantage par leur utilisation que par leur esthétique. Ce sont les « Lieux Infinis », comprendre non-terminés… Des espaces qui évoluent constamment, avec leurs occupants et l’usage qu’ils en font. Et leur choix s’est porté sur : Le Centquatre-Paris, où leur agence est installée, l’Hôtel Pasteur de Rennes, les Ateliers Médicis de Clichy-sous-Bois et Montfermeil, la Grande Halle de Colombelles, La Friche la Belle de Mai à Marseille, La Ferme du bonheur à Nanterre le Tri Postal à Avignon, le 6B à Saint-Denis et les Grands Voisins à Paris.

En plus de ces 10 participants sélectionnés et représentés dans le pavillon français, Encore Heureux à découvert un 11e « Lieux Infinis » sur l’île du Lido, à quelques minutes seulement en bateau de Venise. Avec l’aide d’une association locale et de nombreuses paires de bras, les architectes français ont entrepris de remettre en fonction une ancienne caserne laissée à l’abandon. Dortoir, cuisine, scène musicale, et d’innombrables ateliers de bricolages ont été mis en place pour faire vivre ce lieu unique et surtout donner un exemple concret des théories d’architectures collaboratives exposées à la Biennale.

L’exposition « Lieux Infinis », au pavillon français de la Biennale de Venise et l’ancienne caserne sur l’île du Lido, sont à découvrir jusqu’au 25 novembre 2018